Le Shiatsu

Définition et origines

Le shiatsu est une technique d’acupression japonaise. «shi» signifie «doigts» et «atsu» signifie «pression». 

Les racines de la pratique remontent au VIIème siècle. A cette époque très apprécié de la cour impériale japonaise (période Nara), son ancêtre le Anma (qui signifie An = presser d’une manière stable, Ma = chasser, frotter pour enlever, dégager) fut encouragée par le Pouvoir et se diffusa alors au sein de la population. 

Shiatsu-Kanji-sans-fond.png

Au Japon, le shiatsu est officiellement reconnu en tant que pratique médicale depuis 1955. Il y est enseigné dans des écoles agrées par l’Etat et l’exercice professionnel y est soumis à 3 années d’études (> 3000 heures), ainsi que l’obtention d'une licence délivrée sur examen national. Le ministère de la santé nippon le définit comme une : «forme de manipulation exercée à l'aide des pouces, des doigts et des paumes, sans recours à aucun instrument mécanique ou autre, par application d'une pression au niveau de l'épiderme, afin de corriger les dysfonctionnements internes, d'améliorer et de préserver la santé et de traiter des affections spécifiques en réactivant la capacité naturelle d’autoguérison de l’individu ».

Aspects techniques

En pratique, l’action que le praticien (le "shiatsuki") engage fait appel à deux catégories de gestes :

  • la pression : c’est le «cœur» du shiatsu. Le praticien exerce par le toucher une action le long de différents trajets du corps et se concentre sur certains points, adaptés à la problématique du receveur (le "jusha"). Selon les approches ces points et trajets ont un fondement tendino-musculaire, ou énergétique.

  • la mobilisation : le travail en pressions peut être associé à diverses techniques de mobilisation (étirements, pompage, vibrations, mouvements avec contre-appui, etc.). Souvent de telles manoeuvres singularisent le praticien, car elles complètent la technique shiatsu plus qu’elle n’en relèvent au sens strict.

Le shiatsu et souvent assimilé à une sorte «d’acupuncture avec les doigts». Il est vrai que celui-ci partage parfois avec cette dernière l’approche de la médecine traditionnelle chinoise, mais il s’en distingue aussi parce qu’il s’agit d’une technique «à mains nues», qui fait du toucher -et des spécificités de celui-ci par rapport à l'aiguille- son seul outil. 

En France le shiatsu est reconnu par l'Etat depuis 2015, sous l'impulsion de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Parlement européen, qui le recommandent pour son faible coût et son efficacité thérapeutique.